La Muralla China en África - Saif.world

La muraille chinois en Afrique

De Tanger au Cap, la présence du dragon asiatique en Afrique est systémique : centrales hydroélectriques, chemins de fer, ports, aéroports, routes, grands bâtiments, énergies renouvelables, nouvelles technologies.

La relation de la Chine avec ‘frica a commencé avec la Route de la Soie, un réseau de privilèges commerciaux établis à partir de l’entreprise chinoise de la soie du 1er siècle avant JC. La véritable expansion de la puissance asiatique a germé il y a près de trente ans; dans les années 1990, china a décidé que ses entreprises devaient partir pour être considérées comme importantes et que l’axe de cette expansion établissait l’Afrique comme une priorité, il pariait à long terme sur l’Afrique sur un endroit que personne ne regardait sur le continent. À l’époque, l’Afrique était considérée par d’autres puissances comme un foyer d’instabilité.

Selon les chiffres officiels, le volume des échanges sino-africains à la fin de l’année dernière a dépassé les 200 milliards de dollars.  D’autre part, nous sommes confrontés à une Europe qui offre à l’aide au développement du continent une aide au développement conditionnelle à ses homologues politiques et qui ne dépasse pas le chiffre de 20 milliards d’euros. La Chine, d’autre part, offre des investissements et des prêts basés sur le concept de « gagner à gagner » avantage mutuel sans ingérence dans les affaires intérieures, une option très attrayante pour les gouvernements africains.

La Chine, à cette nouvelle étape de son plan d’expansion, concentre sa stratégie africaine sur une nouvelle « bande et route » également connue sous le nom de Nouvelle Route de la Soie. Il s’agit d’un projet d’infrastructure géant qui vise à tisser un réseau commercial mondial qui, grâce à la « puissance douce », les pays gravitent autour de leurs intérêts. Ce projet implique indirectement 65 pays, disposerait de 60 % des réserves énergétiques mondiales, bénéficierait à 70 % de la population mondiale et contrôlerait 55 % du PIB mondial. Ce projet pharaonique passera par l’Afrique, l’Europe, l’Asie du Sud-Est, l’Asie centrale et le Moyen-Orient. Il devrait se terminer en 2030 et impliquera un investissement de plus de 1,4 billion de dollars dans les différents pays qu’il traverse.

Cette relation sino-africaine est résumée dans cet extrait du discours du président Xi Jinping à l’ouverture du dernier forum économique bilatéral : « Les plus de 1,3 milliard de Chinois partagent toujours le même encouragement et le même destin avec les plus de 1,2 milliard d’Africains. Toujours en respectant, aimant et soutenant l’Afrique, la Chine persévère dans les cinq abstinences : ne pas interférer avec les pays africains dans leur exploration des voies de développement en fonction de leurs conditions nationales, n’intervenez pas dans les affaires intérieures de la frica, ne leur imposent pas leur propre volonté, n’ajoutent aucun statut politique à l’aide « frica » et ne cherchent pas d’intérêts égoïstes politiques dans l’investissement et le financement du continent. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *