Líbano bajo el nuevo colonialismo - Saif.world

Le Liban sous un nouveau colonialisme

Cette semaine est célébrée le centenaire de l’établissement du Grand Liban, proclamé par la France après une réprimande territoriale après la Première Guerre mondiale. Un siècle plus tard, le pays trouve le pays pris entre le marteau de la crise sanitaire qui afflige le monde et l’enclume des conséquences de l’explosion du port de Beyrouth.

Le lien Français avec le Liban s’est poursuivi même après l’indépendance en 1943; une partie de l’élite libanaise parle Français. La langue de l’éducation dans la plupart des écoles est la France, la classe supérieure libanaise a sa deuxième résidence en France. La minorité chrétienne du pays 40% sont considérés comme Français sentiments. Et parmi les puissances régionales, l’Iran a la plus grande influence, par l’intermédiaire du Hezbollah, au Liban. L’Arabie saoudite a perdu de la place pour les négociations ces dernières années à la suite du bref enlèvement de l’ancien Premier ministre Saad Hariri. Les États-Unis, la Russie et la Turquie cherchent sans succès une influence désespérée dans le pays.

L’apparition après l’explosion dans le centre de Beyrouth du sauveur « Emmanuel Macron ». Pour beaucoup, il est revenu à l’époque coloniale et aux jeux d’intérêt que la France nous mauvaises dans la région, Macron s’est présenté au Liban, sans aide, sans plans ; seulement avec des promesses et des avertissements, embrassant les gens dans la rue et appelant à des changements du gouvernement. « Colonialisme cent pour cent français ». L’impudence de Macron a reçu une grande réprimande de la part du président du Conseil européen, Charles Michel, qui lui a rappelé que nous sommes au XXIe siècle, ce qui aurait été mieux pour lui si les Européens avaient coordonné ses actions et que la France n’avait pas agi aussi étroitement.

Il est difficile de prédire ce qui va se passer maintenant au Liban, les conflits religieux pourraient éclater, parce qu’apparemment le Hezbollah était responsable du stockage de matières explosives et ce sont surtout les zones chrétiennes autour du port qui ont été les plus touchées. Les mêmes chrétiens qui se sentent Français et veulent que la France soit leur protecteur, d’autre part, sont les chiites, qui souhaitent conserver l’influence que l’Iran exerce par le Hezbollah.

Au milieu de ces batailles de pouvoir, le Maroc a déployé quatre avions humanitaires marocains, dont 295 tonnes de nourriture, 26 tonnes d’équipement médical et de médicaments, six tonnes d’équipement et de médecins pour combattre le Covide-19. Le peuple libanais a apprécié la solidarité désintéressée du Maroc et a accroché des drapeaux marocains dans les rues principales de Beyrouth.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *